La peur de l’arnaque bancaire ne réduit pas l’expansion de l’e-commerce

CONSOMMATION – Acheter un aller-retour Paris-Marseille depuis son bureau, écouter de la musique achetée la minute précédente sans avoir à la transférer sur un CD, se procurer les derniers tennis américains à la mode en avant-première. Autant d’avantages à faire ses achats en ligne. Une tendance que les Français ont définitivement adoptée, avec des chiffres de fréquentation des sites marchands en hausse continue, et ce, malgré les craintes à communiquer leurs coordonnées bancaires.

FEVAD« Moi, mes CD, je les achète presque exclusivement sur Amazon, et souvent d’occasion ». C’est comme ça que Julien S., étudiant en anglais, définit son utilisation de l’e-commerce. Amazon.fr est un site de vente de produits en ligne, leader dans la musique, mais qui propose également des livres, de l’image, de l’électronique ainsi que des cosmétiques. Julien avoue l’utiliser presque quotidiennement : « Même avec les frais de port, les prix sont plus intéressants qu’en magasin. Et, de plus, l’achat de livres en langue anglaise importés est essentiel dans mes études. Les commander sur Internet est bien plus rapide que de passer commande en librairie. Et beaucoup moins cher ».

Comme lui, de plus en plus de personnes utilisent Internet pour leurs achats, qu’il s’agisse de culture, mais aussi parfois, d’achats plus pratiques. Selon la Fédération de l’e-commerce et de la vente à distance (FEVAD), le premier trimestre 2011 comptait pas moins de 28 millions d’acheteurs en ligne. Et sur les 77% de Français qui achètent régulièrement en ligne, une large majorité (97%) est satisfaite.

 

UN MILLION D’ARNAQUES

Envolées donc les angoisses apparues dès le début des années 2000, notamment en ce qui concerne la divulgation des numéros de carte bancaire ? Pas vraiment, d’autant plus qu’au mois de février 2012, l’UFC-Que Choisir publiait une enquête dénonçant les fraudes à la carte bancaire sur Internet. Rien que sur l’année 2010, on compte un million d’arnaques qui représentent la somme de 369 millions d’euros. « Une véritable plaie dont les préjudices sont entièrement subis par le consommateur », selon Alain Bazot, le président d’UFC qui se plaint que les arnaques aient quadruplé depuis 2006. Alors comment expliquer cette hausse constante du e-shopping ? De nouveaux systèmes se sont mis en place et les banques redoublent d’efficacité pour offrir le maximum de sécurité à leurs clients.

 

E-CARTE BLEUE

En 2010, six banques ont mis en place le service de l’e-carte bleue. Ainsi, les clients de BCP, Banque Populaire, Banque Postale, FAVAD2Caisse d’Epargne, LCL et Société Générale peuvent demander à leur banque de souscrire à ce service, disponible sur leurs sites Internet et délivrant aux clients un code (appelé e-numéro) différent à chaque achat qu’ils souhaiteraient effectuer.  Même si ce système de paiement ne représente pour le moment que 3% des transactions, celui établi par PayPal connaît un succès bien plus important. Pionnier dans le domaine du e-commerce, et ce depuis le début du développement de cette pratique, PayPal n’a cessé de miser sur la sécurité et sur le partenariat avec les banques. Ainsi, le cyber-consommateur n’a pas à communiquer ses coordonnées bancaires à chaque achat. Un seul enregistrement lors de la création du compte (protégé par mot de passe et par code fourni par la banque) suffit.

 

La France est définitivement en train de connaître un tournant dans sa manière de consommer, même si elle est encore loin des chiffres atteints par ses voisins britanniques (69,4 milliards d’euros contre 31 milliards pour la France).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s