Les larmes du crocodile


Dur coup pour Royal

Ségolène Royal, après les résultats du premier tour des primaires socialistes, peine à cacher sa déception

Elle était certainement la seule à encore y croire. Les sondages? Des foutaises. Les gens lui feraient encore confiance. Sauf que quand les résultats sont tombés, Ségolène Royal a trébuché.

Les sondages, ils ont été au coeur de la campagne même. Les mêmes sondages qui l’avaient élevée au rang de prophète du Parti Socialiste en 2006. Pourquoi les choses auraient elles été différentes cette fois? Ont-ils influencé les résultats? Peut-on gagner à chaque fois?Gagner, comme dans un jeu. Car somme toute, la politique est un jeu. De hasard, de rôle, de concentration et surtout d’ambition. Le Monopoly de la fonction publique. Si tu tires les bonnes cartes et si tu sais lancer les dés de la bonne manière, tu peux rêver à la Rue de la Paix.

Mais si la politique est un jeu, elle est surtout une jungle. Et l’électeur, un prédateur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s